Étude approfondie : Plus un étranger! Partie 3

Dans notre billet précédent, nous avons parlé du fait que rien ne motive plus les croyants à vivre leur nouvelle vie en Christ, d’une manière qui exprime leur profonde reconnaissance, qu’une compréhension grandissante de la grâce de Dieu. Certainement, ce sentiment est décrit à plusieurs reprises dans les Écritures.

Vous souvenez-vous de la femme pécheresse qui est venue auprès de Jésus de manière assez imprévue dans la maison d’un pharisien (Luc 7.36-50)? Bravant le mépris et la dérision dont elle allait probablement faire l’objet, elle est venue exprimer son amour et sa gratitude pour ce que la grâce de Dieu avait apporté dans sa vie : le pardon. Elle était parfaitement consciente qu’elle ne méritait rien, mais Dieu lui avait pourtant pardonné et pour cette raison, elle était infiniment reconnaissante.

Au lieu de s’écarter avec dédain de cette femme à la réputation ternie, Jésus a expliqué d’où provenait son déferlement d’émotions : elle aimait beaucoup, car on lui avait beaucoup pardonné.

C’est pourquoi je te le dis : ses nombreux péchés lui ont été pardonnés, c’est pour cela qu’elle m’a témoigné tant d’amour. Mais celui qui a eu peu de choses à se faire pardonner ne manifeste que peu d’amour! (Luc 7.47, SEM)

Cette femme, possiblement une prostituée, avait reconnu à quel point elle avait besoin du pardon de Christ et à quel point elle ne le méritait pas. En fait, elle était consciente de son extrême pauvreté spirituelle, du fait qu’elle était totalement incapable de faire quoi que ce soit pour mériter le pardon de Dieu. Pourtant, la Bible déclare que…

Il [Dieu] ne nous traite pas selon nos péchés, il ne nous punit pas selon nos iniquités. (Psaume 103.10, LSG)

Voilà ce qu’est la grâce… imméritée!

Sept cents ans plus tôt, le prophète Ésaïe a reconnu la profondeur de son immoralité lorsqu’il a très clairement pris conscience de la sainteté de Dieu. Puis, en réponse à la purification que Dieu lui a offerte, Ésaïe a vivement désiré vivre le reste de sa vie en obéissant à Dieu (Ésaïe 6.3-8).

C’est d’ailleurs cette même compréhension qui a, des années plus tard, suscité la motivation énergique dans la vie de Paul. Malgré le fait qu’il se voyait comme le pire des pécheurs (1 Timothée 1.15), Paul se sentait immensément redevable en raison de la grâce de Dieu dont il avait lui-même bénéficié.

Je me dois à tous […] Voilà pourquoi je désire aussi vous annoncer l’Évangile (Romains 1.14-15, SEM).

Notre compréhension de la grâce de Dieu dans notre vie constitue ce qui nous motive principalement à servir Dieu. Notre sentiment de redevabilité et de gratitude envers Dieu pour la miséricorde et la grâce dont il a fait preuve à notre égard nous conduit directement à prendre conscience que l’humanité a bien besoin d’aide. Ainsi, nous vivrons notre vie pour Dieu dans la mesure où nous saisissons l’importance de sa grâce dans notre vie. Plus nous aimons Dieu, et plus nous voudrons lui obéir.

Par ailleurs, plus une relation est spéciale et plus nous voulons apprendre à connaître la personne. C’est la nature des amitiés, des relations conjugales, et ce devrait aussi être le cas pour notre relation avec Dieu. Par le salut, Dieu n’est plus un étranger pour le croyant, mais son Père et son ami. Puis, Dieu désire que cette relation grandisse, murisse et s’épanouisse en devenant de plus en plus riche et profonde. Dieu veut que nous le connaissions par expérience. En fait, ce devrait être le but, la motivation et la priorité de notre quotidien.

L’apôtre Paul écrit donc :

C’est ainsi que je pourrai connaître Christ, c’est-à-dire expérimenter la puissance de sa résurrection […] Non, certes, je ne suis pas encore parvenu au but, je n’ai pas atteint la perfection, mais je continue à courir pour tâcher de saisir le prix. Car Jésus-Christ s’est saisi de moi. (Philippiens 3.10, 12, SEM)

La Bible Parole Vivante, la Bible Parole de Vie et la Bible en français courant expriment ces mêmes pensées en des mots différents :

Mais croire en Christ, lui faire confiance, c’est faire plus intime connaissance avec lui. Or, c’est là toute mon ambition [la seule chose que je veux/tout ce que je désire] : le connaître de mieux en mieux, expérimenter la puissance émanant de sa résurrection [qui l’a fait se lever de la mort] et communier [avoir part] à ses souffrances, en mourant avec lui. Oui, j’aspire à être continuellement transformé [lui ressembler/être rendu semblable à lui] en partageant sa mort […] Ne croyez pas que je sois parvenu au but : je ne pense pas avoir déjà remporté la palme. La perfection est encore devant moi, je ne l’ai donc pas encore atteinte, mais je poursuis ma course pour essayer d’y parvenir et [m’efforcer] d’en saisir le prix. N’est-ce pas pour cela que Jésus-Christ s’est saisi de moi? (Philippiens 3.10, 12, PV [PDV/BFC])

Remarquez que le désir ardent du cœur de Paul consiste à connaître Dieu de façon vivante dans sa vie quotidienne, et pas simplement à cause d’un consentement intellectuel.

Ce devrait aussi être le cas pour nous en tant que croyants. Lorsque nous mettons notre foi en Christ, Dieu n’est plus un étranger pour nous. Au lieu de cela, une nouvelle relation s’établit. Nous sommes maintenant des enfants et des amis de Dieu! C’est pourquoi nous devrions naturellement désirer mieux connaître notre Père céleste, de façon continuelle et tout au long de notre vie. Par conséquent, notre compréhension grandissante de la personne de Dieu — son caractère et sa nature — influencera véritablement la manière dont nous menons notre vie en tant qu’enfants de Dieu.

Réfléchissez à ce que cela devrait impliquer dans notre vie alors que nous apprenons à connaître Dieu et que, comme dans toute amitié, nous souhaitons lui faire plaisir.

Quand on est tenté de banaliser le péché et de s’y complaire, il est important de se rappeler que Dieu est saint et qu’il ne le tolère pas. Le péché entraîne de graves conséquences; il rompt la communion entre l’enfant de Dieu et son Père céleste. Par contre, quand on prend de plus en plus conscience de la sainteté de Dieu, on devrait s’écarter avec horreur du péché qui tente de s’immiscer dans notre vie.

[Dieu] tes yeux sont trop purs pour voir le mal, et tu ne peux pas regarder l’iniquité. (Habacuc 1.13, LSG)

Mais, puisque celui [Dieu] qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit : Vous serez saints, car je suis saint. (1 Pierre 1.15-16, LSG)

Lorsque nous avons péché à plusieurs reprises et que nous pensons que Dieu ne nous pardonnera pas, il faut nous accrocher au caractère indéfectible de Dieu : il est un Dieu bienveillant qui pardonne. Cela ne signifie pas que Dieu ferme les yeux sur l’immoralité de notre péché ou qu’il le minimise. Les conséquences demeurent terribles. C’est légitime et juste. Mais Dieu, dans son amour et sa miséricorde, a apporté une solution à notre problème lié au péché grâce à la croix.

L’Éternel, l’Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, [est] lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu’à mille générations, qui pardonne l’iniquité, la rébellion et le péché (Exode 34.6-7, LSG).

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. (1 Jean 1.9, LSG)

En effet, nous n’avons pas un grand-prêtre [Jésus-Christ] incapable de compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté en tout point comme nous, mais sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir compassion et de trouver grâce pour être secourus au moment opportun. (Hébreux 4.15-16, S21)

Car Dieu a révélé sa grâce, source de salut pour tous les humains. Elle nous enseigne à renoncer à une mauvaise conduite et aux désirs terrestres, pour mener dans ce monde une vie raisonnable, juste et fidèle à Dieu. (Tite 2.11-12, BFC)

Lorsque nous nous trouvons devant des décisions à prendre, malgré tous les aspects complexes liés aux choix qui se présentent à nous, reposons-nous sur la certitude que notre Dieu est sage et que, en tant que notre Père céleste aimant, il nous réserve le meilleur.

En effet, moi, je connais les projets que je forme pour vous, déclare l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. (Jérémie 29.11, S21)

Nous savons en outre que Dieu fait concourir toutes choses au bien de ceux qui l’aiment, de ceux qui ont été appelés conformément au plan divin. (Romains 8.28, SEM)

Quand nous nous sentons seuls et dépassés par les circonstances de la vie, rappelons-nous qu’une part de la nature même de Dieu est amour. Il nous aime et se soucie de chacun de nos besoins bien au-delà de ce qu’il nous est possible d’imaginer ou d’espérer. Rappelez-vous, Dieu a déjà comblé notre plus grand besoin : notre besoin d’être sauvés!

Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. (Romains 5.8, LSG)

Lui [Dieu], qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? (Romains 8.32, LSG)

Souvenez-vous aussi de la promesse que Dieu nous a faite :

Je ne te laisserai pas : non, je ne t’abandonnerai jamais. (Hébreux 13.5, SEM)

Ce même verset, tel qu’il est écrit dans la Amplified Bible, nous aide à comprendre la nature catégorique de l’affirmation de Dieu : « Je ne t’abandonnerai [ni te laisserai tomber, ni te laisserai sans assistance et je ne permettrai d’aucune façon que tu demeures vulnérable] jamais [en aucun cas], et je ne te délaisserai pas, ne t’oublierai pas et je te tiendrai toujours fermement [sois-en certain]! » [traduction libre]

Lorsque nous vivons un échec ou même une trahison en amitié, dans le mariage, en affaires, etc., rappelons-nous que Dieu est merveilleusement fidèle et trouvons du réconfort et du courage à cette pensée. Il est absolument digne de confiance. Il ne nous décevra jamais.

Car l’Éternel a créé le ciel et la terre ainsi que la mer, avec tout ce qui s’y trouve.
Il reste à jamais fidèle.
(Psaume 146.6, SEM)

Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande! (Lamentations 3.22-23, LSG)

Lorsque des tragédies inexplicables surviennent de toutes parts autour de nous et nous laissent perplexes, soyons certains que Dieu demeure bon et juste. Nous avons en effet l’assurance que tout ce qu’accomplira Dieu sera bon.

Tu es bon, Seigneur, et tu fais du bien (Psaume 119.68, BFC).

Comme l’a exprimé Abraham : « Le juge de toute la terre ne fera-t-il pas ce qui est juste? » (Genèse 18.25, DRB)

Car toutes ses voies [de Dieu] sont justes; c’est un Dieu fidèle et sans iniquité, il est juste et droit. (Deutéronome 32.4, LSG)

Dans le contexte général de notre vie de croyants, nous reconnaissons que Dieu a besoin — et a le désir — d’accomplir encore énormément de choses dans le but de nous transformer de plus en plus à l’image de son Fils, Jésus-Christ (Romains 8.29; 12.20). Au milieu de tous les défis qui surgissent au quotidien, il arrive souvent que nous ne nous apercevions pas des changements que Dieu opère dans notre vie. Néanmoins, Dieu est fidèle et il a promis d’achever ce qu’il a commencé quand nous sommes devenus ses enfants.

L’apôtre Paul a d’ailleurs exposé sa conviction en ces mots : « Je suis sûr d’une chose : Dieu qui a commencé en vous un si bon travail va le continuer jusqu’au bout, jusqu’au jour où le Christ Jésus viendra. » (Philippiens 1.6, PDV)

Jusqu’à ce que ce jour vienne, rappelons-nous tout ce que Dieu a déjà fait en nous et persévérons sans cesse, motivés par sa grâce et persuadés qu’il continuera de travailler dans notre vie en nous modelant et en nous façonnant selon sa volonté parfaite.

Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen! (Éphésiens 3.20-21, LSG)

Lisez Plus un étranger!  Partie 1

Lisez Plus un étranger!  Partie 2

Série Étude approfondie : Chaque ressource de BonneSemence est écrite de façon à fournir au lecteur les éléments essentiels du message central de la Bible qui lui permettront de comprendre clairement l’Évangile. C’est pourquoi nous présentons des histoires déterminantes, de la création à la croix. Nous ne cherchons pas à présenter les choses de façon exhaustive et ce n’est pas notre but. En effet, trop de choses pourraient être dites au sujet de la vie, de la mort et de la vie après la mort. De même, nous ne voulons pas détourner l’attention du lecteur du message principal de la Bible à propos du salut — c’est peut-être la première fois qu’il en prend connaissance.

Cependant, nous demeurons conscients que la Bible est une mine regorgeant de trésors spirituels qui mérite d’être étudiée durant toute une vie. Dans cette optique, chaque mois, nous espérons (par nos billets de blogue) encourager votre cœur, éclairer votre esprit et vous motiver à explorer davantage la Parole de Dieu par vous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *